• Accueil
  •  >Actualités
  • >Dommages aux infrastructures souterraines

Dommages aux infrastructures souterraines

22 juin 2012

Ces nouveautés incluent une formation sur les pratiques d’excellence, deux aide-mémoire pour les travailleurs et gestionnaires de projets, un DVD illustrant trois méthodes d’excavation douce ainsi que deux nouveaux rapports sur les bris en 2011.

L’Alliance pour la protection des infrastructures souterraines du Québec Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre (APISQ) est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir l’expertise et les bonnes pratiques en matière de prévention des dommages aux infrastructures souterraines.

À cet effet, l’APISQ a développé une formation Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre d’une demi-journée en prévention des dommages aux infrastructures souterraines qui s’adresse soit au concepteur qui planifie un projet, au gérant de projet qui supervise un chantier ou au travailleur sur le site d’excavation. Toute l’information pour l’inscription aux cours est disponible sur le site Web Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre de l’APISQ.

L’APISQ a aussi réalisé deux aide-mémoire sur la prévention des dommages aux infrastructures souterraines, l’un est destiné au travailleur, puis l’autre aux gérant et gestionnaire de projet. Ces deux outils de chantier Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre ont été créés pour ceux qui exécutent des travaux de planification, de gestion et de creusage.

De plus, le troisième document est en fait une vidéo réalisée par l’APISQ illustrant les différentes méthodes d’excavation douce Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre lorsqu’on creuse près des infrastructures souterraines. Ces techniques permettent d’éviter les dommages aux infrastructures et ainsi diminuer les risques qui peuvent avoir des conséquences sérieuses non seulement sur la sécurité des travailleurs, mais sur celle du public entier.

Et finalement, à la suite de la publication en août 2011 d’un premier rapport annuel qui compile et analyse les informations enregistrées dans l’Outil de rapport sur les dommages aux infrastructures (ORDI) relativement à des évènements survenus au Québec en 2009-2010, l’APISQ a publié le second rapport annuel pour l’année 2011 Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre. Ce rapport démontre que le nombre de bris a diminué de 15 % par rapport à 2010 grâce aux efforts collectivement consentis. La conclusion principale du rapport est que la majorité des bris survient par faute de demande de localisation et à cause de mauvaises pratiques d’excavation. Selon le document nommé Détail des quatre régions les plus touchées Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre, complément au rapport de 2011, celles-ci seraient la Capitale-Nationale, Montréal, la Montérégie et l’Outaouais.